la genèse


Tout commence par l’écriture de la musique


Frank Nelson
est bassiste depuis plus de 35 ans, compositeur et pédagogue (avec une bonne dizaine de méthodes à son actif, publiées chez Play Music). Il a eu l’idée de composer des arrangements pour plusieurs basses qu’il expérimente lors d’ateliers.

Frank Nelson créateur du Big Bass Band
Crédit photo Maxence Gandolphe
BIENVENUE ET CLIQUEZ SUR L’IMAGE !

Ses inspirations sont teintées de musique afro, funk mais aussi classique et jazz. Lorsqu’il rencontre Christine Kunz, ils envisagent ensemble un projet qui réunirait leurs deux univers dont l’écriture est le lien. Pour elle, il s’agit non pas de musique mais de textes.

Teaser 1
Réalisé par Pierre Chautard


Christine Kunz
écrit depuis toujours, et dès 2005, après sa rencontre avec le slam (elle crée la 1ère scène ouverte à La Rochelle en 2007, Slamalamer) elle écrit pour dire. Lorsque Christine rencontre Frank, il écrit ses arrangements pour basses. La mélodie qui va lancer l’inspiration c’est « Le Bois des Anges », un thème arrangé pour la contrebasse. L’idée se concrétise alors d’une création qui mettra la basse en valeur sous toutes ses formes, sous toutes ses voix ! Christine se met à écrire des textes sur les morceaux de Frank, et va les lui dédier. A lui mais aussi à cet instrument multiple, éclectique et esthétique... C’est la basse qui souffle l’histoire... Elle a déjà tant de voix, pourquoi ne pas lui en octroyer une autre, humaine cette fois, qui traduit en mots son histoire ?

Christine Kunz créatrice du Big Bass Band
©VL pour Fâmes
CLIQUEZ SUR L’IMAGE !

C’est l’occasion de constituer, pour réaliser ce projet, une équipe d’instrumentistes qui, généralement, ne se côtoient pas sur la même scène : les bassistes.
Frank Nelson plonge alors dans ses relations, s’attache à contacter des musiciens talentueux qu’il connaît et également qui, humainement, partagent des valeurs positives. La session rythmique est recrutée ensuite : un batteur et un percussionniste. Ajoutez Christine Kunz au slam et tout y est ! La magie du conte peut opérer et donner à la basse toute sa place : celle d’une diva !

Une histoire de rencontres

C’est au cours de l’année 2016 que Frank va constituer vraiment l’équipe des instrumentistes du projet. En puisant dans les anciennes connaissances, rencontrées dans les années 90, comme Charles Sidoun, percussionniste talentueux, ou Christophe Borilla, bassiste au parcours riche en diversité, ou encore Thierry Jasmin-Banaré bassiste aux expériences colorées. Puis il propose l’aventure à Valérie Picard, bassiste et contrebassiste dont il apprécie le jeu et qu’il connaît depuis le début des années 2000. Il y a aussi, bien sûr, des rencontres plus récentes, notamment Barbara Felettig, bassiste investie dans les ateliers à plusieurs basses en 2011, aux belles dispositions pour l’instrument et Micha Sanchez qui fait chanter la fretless, son instrument de prédilection, croisé justement quand il fallait trouver au BBB un spécialiste dans le domaine ! Pour finir, dans les dernières années, le chemin de Frank croise notamment celui de Romain Vignaud, batteur au jeu riche teinté d’Afrique, rencontré sur le projet d’un guitariste guinéen. Pascal Boucaud, compositeur chanteur et bassiste, intègre le groupe également ainsi que Fabrice Di Benedetto, bassiste et contrebassiste, co-soliste à l’Opéra de Marseille puis Franck Marie-Magdeleine, bassiste, quelques mois plus tard.

C’est en 2015 que Frank entend parler de Béla Bluche, jeune bassiste aux qualités prometteuses.

Toutes ces rencontres ont permis de concrétiser l’équipe du big bass band, unie par cette même envie de mettre au service de la basse une très belle énergie. Autour de Frank Nelson, qui sur scène fera partie des huit bassistes et de Christine Kunz qui en incarnera la voix humaine, c’est bien tous ensemble qu’ils conteront l’histoire poético-musicale de cet instrument aux multiples facettes : LA BASSE.

Sur scène et dans les ondes

Le projet au départ c’est donc un spectacle vivant, musical et poétique. Cependant, il s’avère vite évident qu’il faut enregistrer un album, pour faire écouter cette musique novatrice dont parler ne suffit pas.
En auto-production, les 8 titres sont minutieusement enregistrés tout au long de l’année 2017 avec le soutien, depuis le début de l’histoire, du Studio du Regard, et de son créateur, Christophe Sarlin que Frank a sollicité très vite pour faire partie du projet. Chris est l’ingénieur du son, celui qui relève ce challenge étonnant de sonoriser 8 basses simultanément sur scène. Pour compléter l’équipe, c’est à Anne-Bérengère Pelluau, metteure en scène mais aussi bassiste, que Frank et Christine font appel pour peaufiner le scénario et assurer la mise en scène et les coachings vocal et scénique de la troupe.

L’album éponyme sort donc en avril 2018, grâce à une collecte de fonds levée
fin 2017 / début 2018.

Vous pouvez le commander via notre boutique sur ce site et écouter quelques extraits dans l’article qui lui est consacré.

Il est également en vente chez
Cultura Beaulieu à La Rochelle






Suivez-nous

Partenaires